Catherine Goybet
sculptures

Rêves d’eau.

Eaux claires, eaux légères, eaux mêlées, eaux lourdes... Sur la mer de l’inconscient émergent des mots comme des balises : fluidité, légèreté, espace, liberté, vibration, transformation, énergie. Comment le verre pourrait-il traduire cela? Sa transparence, sa fragilité́, sa solidité́ aussi, sont des atouts. Et surtout il coule, il se coule quand on le chauffe et se fige quand il refroidit. Ce « liquide figé » voudra-t-il bien transmettre quelques-uns de mes rêves?
FranCine Coppieters
dessins - peintures

Je nourris ma peinture lors de mes pé́riples photographiques dans la ville. Je me focalise sur les lieux de transit et les aires de passage, les immobilité́s songeuses, les solitudes rêveuses, les pauses désoeuvrées. Leur apparence est
en sourdine. Leur attente, leurs gestes figé́s, c’est leur pré́sence en suspend qui traduit des moments d’entre-deux.
Plus que la ville, je saisis les gens dans la ville et leurs empreintes, signes de leur présence : moyens de transport, immeubles et mobilier urbain, décor de leur absence. Pourquoi ces gens-là? Ils sont le miroir, l’image de mon propre sentiment d’errance.